Trois albums, quelques EPs, des lives dans le monde entier, peu auraient pu prédire un tel succès. together Pangea est désormais l’un des groupes phares de la scène Punk Pop, aux côtés de Fidlar, King Tuff, Audacity & co (article réalisé et publié en collaboration avec nos amis de Still in Rock).

thephage_sm_4

Alors, en cette approche de fin d’année où les classements vont venir ponctuer 12 mois de musique, je me suis dit qu’une (dernière ?) petite dose de slacker ne nous ferait pas de mal. together PANGEA vient de faire paraître son nouvel EP via Burger Records, le dénommé The Phage. Produit pour le bassiste des Replacements, Tommy Stinson (rien que ça), il contient 6 morceaux qui ne trahissent en rien l’univers du groupe.

« Looked In Too » est un premier titre tout ce qu’il y a de plus classique dans ce style de musique : des riffs en veux tu en voilà, un refrain qui constitue 90% du morceau et la dose de slacker que l’on attend. « If You’re Scared » est un brin supérieur. La voix de William Keegan a toujours été l’un des atouts du groupe, ce que le morceau met parfaitement en avant.

Vient ensuite « Blue Mirror« , assurément le meilleur titre de cet EP. Si on ne s’attendait pas à ce que le groupe puisse un jour délivrer une si belle balade, « Blue Mirror » vient nous faire mentir avec un morceau tout en contrôle. together PANGEA y trouve un nouvel élan, peut être une nouvelle direction qui lui permettrait aussi de se différencier plus encore de la scène Punk Pop qui commence à grouiller de noms connus.

« My Head Is On Too Tight » se la joue bande-son de Burger Records, à l’image du titre introductif. On l’écoute avec joie, mais difficile de dire s’il sera encore sur nos platines vinyles dans un mois, la dure loi de l’offre et de la demande. « Awful » renoue avec la structure classique des morceaux de Punk Pop. Et puis, surement « She’s A Queen » est-il le deuxième morceau de cet EP. together PANGEA gère parfaitement la montée en puissance, entre pop de l’introduction et rock’n’roll d’un refrain entêtant.

 Alors, ce nouvel EP vient ponctuer notre mois de décembre de la touche slacker / teen movies que l’on aime tant. Et puis, il nous rappelle que Pangea avait également produit l’un des tout meilleurs titres de l’année 2012, « River« . Ces morceaux n’ont certes pas inventé la roue, mais comment leur nier cette immédiateté rock’n’roll qui fait tant de bien ?! Un seul mot d’ordre : party on Wayne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.