Pour Roads Magazine, la Star du Porno Angell Summers se confesse. Bref, c’est l’interview « mise à nu ».

du-hard-ou-du-cochon

Angell Summers, tu es née à Chartres le 29 mai 1987. Il y a quelque temps, tu as déclaré dans une interview que tu n’étais pas une « enfant voulue » par tes parents, en bref que tu es arrivée là, sur terre, quasiment par accident. Petite, tu voulais devenir avocate ou vétérinaire. Finalement, gardes-tu de bons souvenirs de ton enfance ?

J’aime pas trop cette expression « enfant non voulu »… Je suis certes le fruit d’un accident car je n’étais pas prévue, mais j’ai quand même été aimée par mes parents.

Je voulais faire de grandes études mais finalement, les choses de la vie ont fait que je n’ai pas poursuivi mon cursus après. J’ai de bon souvenir de mon enfance même si tout n’était pas rose… En fait, je n’aime pas m’exprimer à ce sujet, les gens feraient l’amalgame avec le choix du porno, et ils y trouveraient là une excuse sur mon choix de carrière, car tu sais très bien ce que disent « les gens »: « c’est pas possible elle doit  un lourd secret, une blessure d’enfance pour s’être lancée dans le porno. »

À 14 ans, c’est l’année des grandes découvertes pour toi. Tu t’inities « aux plaisirs de la vie » avec un mec qui avait lui 19 ans.  La même année, tu es arrêtée, pour la seule et unique fois de ta vie, par la police car tu avais volé quelque chose dans un magasin. Bref, une connerie de gamine. Pour toi, c’était une période difficile l’adolescence, ou plus simplement tu te cherchais comme toutes les filles de ton âge ?

Non, je ne pense pas avoir eu une adolescence spécialement difficile, car à côté de ces aventures d’ado, je continuais à bosser à l’école et à être parmi les meilleurs de la classe.  Concernant le mec de 19 ans quand j’avais 14 ans, j’ai simplement été toujours plus mature que mes copines, c’était donc vraiment pas pour suivre « les autres » puisque j’étais la première à le faire! Quant à la fois où je me suis faite arrêter par la police, je pense juste que l’on a tous fait des conneries. Ça m’a servi de leçon sur ce coup là. Promis, je ne recommencerai pas!

 ccc1f24969446f0cdba84098b96e5617À 20 ans, tu abandonnes ton travail de vendeuse de prêt à porter et tu deviens actrice de films pour adultes. En fait, tu deviens vendeuse de fantasme. Très rapidement, tu rencontres le succès. En 2009, tu remportes le Hot d’or de la meilleure starlette Française, puis, deux ans plus tard, tu gagnes un Shafta Award en Angleterre. Depuis ta première scène dans un film pour Canal Plus  où tu étais déguisée en Alice aux pays des merveilles à aujourd’hui, il s’est passé cinq ans. Qu’est-ce qui a changé dans ta vie depuis tes débuts  dans le X? Vois-tu toujours le porno de la même façon ?

 Beaucoup de choses ont changé depuis mes vingt ans, à commencer par moi déjà, physiquement et mentalement. Après m’être longtemps cherchée, je me suis trouvée, bref,  j’ai grandi et je me suis construite. J’ai réussi dans mon domaine et j’en suis fière. Et puis, je n’ai pas honte de dire que réussir dans le prono a toujours été mon objectif. Je ne suis donc pas dans ce milieu pour faire de la figuration. Il y a aussi le regard des gens qui a changé… Avant, j’étais une fille facile qui s’exhibait. Maintenant, je suis, pour eux, devenue quelqu’un, une « star », alors que finalement mon métier reste le même. Paradoxalement, ma vie a changé.

En général, la plupart des actrices X ne se voient pas rester très longtemps dans le porno. Est-ce également ton cas ?

 Pas vraiment, car dès le début, je pensais rester au moins trois ou quatre ans dans le milieu du X, alors que la plupart des filles se disent qu’elles ne feront ça que pour quelques mois. Ca fait cinq ans maintenant que je suis actrice, et même si les tournages commencent à m’épuiser un peu, je ne me vois de toute façon pas quitter totalement le porno car je m’y sens bien à l’heure actuelle et j’aime les gens qui de cet univers.

Et puis, comme ton amie Nikita Bellucci, tu as déclaré que le porno en France, c’était mieux avant. Qu’est-ce qu’il y a de mieux à l’étranger ?

Imagine que lors de mes débuts dans le prono, je suis partie un peu partout dans le monde avec des équipes françaises, en Crète, en Guadeloupe, aux Baléares … Tout cela n’existe plus. Par exemple, Nina devait refuser des offres de tournage tellement elle en recevait! Il y a encore quelque temps, certains ont pu s’acheter leur maison et leur voiture grâce au porno, mais ce n’est plus possible actuellement. Et puis, la qualité croissante des « films » amateurs (et gratuits sur le net) fait qu’il y a désormais de moins en moins de place pour le X professionnel français. Pour le moment, ces productions non professionelles en profitent, mais ça ne va pas durer et tout risque de « partir en couille » en France je pense… sauf si on se bouge maintenant pour changer les choses.

D’ailleurs, après ta carrière devant les caméras, tu comptes te reconvertir dans quel domaine ?

Je réalise mon premier film très prochainement pour la société Colmax. J’ai hâte et j’ai peur en même temps, un peu comme quand j’ai commencé  le X en tant qu’actrice. Et puis, certaines personnes avaient annoncé il y a quelque temps déjà que j’allais passer de l’autre côté de la caméra et me lancer dans la réalisation. Le seul truc, c’est qu’ils m’attendent désormais un peu au tournant. Il y a aussi un réalisateur étranger qui m’a demandé d’être sa « directrice de prod » pour son film en France. Là aussi je dois faire attention à ne pas me louper, ça peu vraiment déboucher sur beaucoup d’autres  choses.

Si tu pouvais revenir en arrière dans ta carrière, que referais-tu ? Et que ne referais-tu pas ?

Je ne changerais rien je pense, car les erreurs comme les bons choix m’ont conduit là où j’en suis, et ça fait de moi qui je suis actuellement . La seule chose qui aurait pu faire que je réussisse mieux aurait été de descendre les gens et les écraser… Sauf que je refuse de faire cela.

La question épitaphe. Le jour où tu vas mourir, que veux-tu qu’on marque sur ta tombe ?

Une fille pas comme les autres …

 2ème partie : L’interview « dernière fois »

La dernière fois que tu en as voulu à quelqu’un ?576355_368162859927097_1265792065_n

Il y a un mois environ …

La dernière fois que tu as joui ?

Samedi pure soirée

La dernière fois que tu as eu peur ?

C’est bizarre je ne me souviens pas d’une peur marquante ces derniers temps…

La dernière fois que tu as eu un fou rire ?

Hier avec Nikita

 La dernière fois que tu as pleuré ?

Dimanche dans le train

La dernière fois où tu t’es dit : « c’est la dernière fois ! »

Chaque fois que j’achète une nouvelle paire de chaussures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.