Les Français seraient-ils de plus en plus friands de faits divers macabres pour pimenter leur été, un cocktail à la main ?

tv-vintage-11

Au menu des infos: du sang et des ragots

En 2012, les éditions du soir des JT se sont laissées aller à confier à leurs téléspectateurs des ragots de quartier, et plus c’est glauque, plus ça plaît. Aussi, TF1, France 2, France 3, Canal+,M6 et Arte auraient diffusé 2 062 sujets sur des faits divers l’année dernière, contre 1191 en 2002, faisant augmenter le nombre de sujets macabres de 73 % depuis dix ans, selon l’Institut national de l’audiovisuel (Ina).

Tant qu’à faire, regardons quelle chaîne s’est le plus laissée tenter par les éclaboussures de sang, selon l’Ina Stat publié lundi:

576526_0202835065167_web_tete

Et le Sherlock du petit écran est incontestablement M6 (517 sujets, soit un quart de l’ensemble des faits divers de 2012,), qui se régale des disparitions, meurtres et autres faits divers pour attirer l’audimat. D’après le rapport de l’Ina, les faits macabres représentaient 3,6 % de l’offre globale d’information il y a dix ans, contre 6,1 % aujourd’hui, soit la septième place des rubriques traitées.

En 2012, vous vous êtes délectés, en grignotant devant votre télé, des épisodes de la tuerie de Chevaline (130 sujets) et des trois fusillades aux Etats-Unis (146 sujets), entre autres.

Des massacres à savourer sous le parasol

 N’ayant rien ou peu à se mettre sous la dent niveau infos politiques, les JT n’hésitent pas à faire mousser la moindre petite histoire à la Agatha Christie, quitte à amplifier voire pointer du doigt l’accusé présumé sans aucune preuve. Il faut bien les occuper ces petits vacanciers qui se fascinent, sans relâche, pour les récits du mal.

Eh oui, monsieur Toulemonde se sent concerné quand son voisin découpe à la hache ses enfants, et il se sent important dans l’histoire, encore plus s’il se voit accorder l’honneur, voire le privilège de passer faire un coucou au JT du soir, pour témoigner sur ledit massacre, avec l’accent du coin: «Beh je comprends pas, on a rien vu, c’était un type bien». Bien sûr, vous l’aurez compris, le «type» en question, oui, c’est bien celui qui a transformé ses proches en chair à saucisse. Comme quoi, on ne sait jamais!

FAITES ENTRER L'ACCUSE

Quand le présentateur de « Faites entrer l’accusé » se réincarne en détective

La fascination du mal

N’allons pas dire que cet amour du sang et des larmes (des autres, évidemment) date d’aujourd’hui, les faits divers alimentent en réalité la presse depuis longtemps. Ce qui change c’est qu’il il y a simplement une multiplication des canaux médiatiques, entre les séries du type « Les Experts », « FBI portés disparus » ou encore « NCIS », et les émissions glauques du genre «Faites entrer l’accusé», «Crimes», etc. Ces dernières y vont à coups de reconstitutions de scènes de crimes où l’on voit à travers une caméra «amateur» la victime courant à travers champs pour échapper à son tueur (Paranormal activity, le retour).

N’ayez donc plus honte, avouez votre penchant pour les récits macabres, car ça fait le bonheur de ce que l’on appelle le « journalisme »!

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.