Les autorités colombiennes ont arrête trois trafiquantes de drogue déguisées en bonnes soeurs. La valeur de la marchandise saisie est estimée à 27 000 euros.

Nonne

L’habit ne fait pas le moine. Trois femmes, âgées de 20 à 37 ans, ont été arrêtées le weekend dernier à l’aéroport de San Andres, île touristique des Caraïbes, pour trafic de stupéfiants. Pour se placer au-dessus de tout soupçon, elles avaient pris soin de se coller les sachets de cocaïne sur le corps avant de les dissimuler sous un déguisement de nonne.

Un subterfuge qui n’a pas trompé les autorités locales. « Elles ont cru que leur vêtement de religieuses leur permettrait de passer les contrôles de sécurité, mais leur comportement, leur tenue débraillée et leurs sanglots nerveux les ont trahis face à nos agents », a raconté à l’AFP le colonel Jorge Gomez, chef de la police de San Andres.

Des mules plus ou moins ingénieuses

De la simple dissimulation dans la valise ou les affaires personnelles à l’absorption de capsules contenant la cocaïne, les mules rivalisent souvent d’ingéniosité pour exporter la drogue.

En décembre dernier par exemple, la police espagnole a arrêté une femme avec un kilo et demi de drogue dissimulé dans ses prothèses mammaires. Un mois plus tard, c’était au tour d’un prêtre colombien, un vrai cette fois-ci, de tenter de passer les douanes russes après avoir avalé treize préservatifs remplis de cocaïne. Sans plus de succès.

 

 

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.