Un film de King Hu avec Shang Kuan, Ling-Feng, Shih Chun, Bai Ying et Hsu Feng. Sortie le 12 aout en version restaurée 4K.

028396

L’histoire

Le pouvoir est tombé aux mains des Eunuques. Le ministre Yu qui leur était opposé a été faussement accusé de trahison et mis à mort. Ses enfants sont condamnés à l’exil à un avant-poste frontalier. Mais le cruel Maître des eunuques envoie des assassins pour les tuer au cours de la longue marche vers leur lieu d’exil. Quelques épéistes sont résolus à assurer la protection des jeunes Yu. Assassins et protecteurs se retrouvent tous à l’auberge du dragon près de la frontière.

L’avis

Après la ressortie de « Touch Of Zen » Carlotta film offre le précédent film de King Hu. Réalisé en 1967 c’est la première production taïwanaise du réalisateur. C’est un petit bijou de film d’arts martiaux ; King Hu, ce cinéaste perfectionniste, élève le genre wuxia – « film de sabre chinois » – au rang de véritable œuvre d’art. Décors, cadrages, photo, chorégraphie des scènes de combats, musique, dialogues, tout est extrêmement maîtrisé. On est entre le road movie et le huis clos ; le drame et la comédie. L’influence de l’opéra chinois et du western est évidente. L’auberge sur un ciel bleu, sans nuage, au milieu de nulle part, la traversée du désert de pierres avec les enfants Yu condamnés à l’exil, le grand eunuque avec un premier plan des cerisiers en fleur, le combat final sur la route, on sort du film avec des images plein la tête. On voit d’où vient des cinéastes comme Tarantino. La troupe d’acteurs est formidable. Pour certains c’est leur premier rôle au cinéma, comme la magnifique Hsu Feng – elle n’a que 17 ans – qui deviendra productrice dont la Palme d’Or à Cannes en 1993 : « Adieu ma Concubine ». La métaphore entre l’époque de la dynastie Ming et le contexte politique de l’époque sur la guerre froide entre la Chine continentale et Taïwan, nous échappe aujourd’hui, reste un chef d’œuvre d’art martial style que n’auront pas les films avec Bruce Lee.

A propos de l'auteur

Réalisateur, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.