Un film de Elene Naveriani avec Katia Nozadze, Daniel Antony Onwuka. Sortie le 14 mars 2018.

L’Histoire

April se prostitue à Tbilissi. Une nuit elle aborde un nouveau client, Dije, jeune réfugié Nigérian arrivé en Géorgie par erreur. Petit à petit se tisse entre-eux une mystérieuse relation. En noir et blanc s’esquisse avec douceur le portrait de deux âmes errantes et celui d’une ville d’aujourd’hui.

L’Avis

Une petit film par sa longueur, un grand film par ce qu’il raconte. Ce film en noir et blanc est totalement gris comme cette ville dixit la réalisatrice Elene Naveriani. « Other arms reach out to me, Other eyes smile tenderly » c’est ce que chantait Ray Charles et c’est ce que cherche Dije l’émigré nigérian. Hélas il a confondu la Géorgie, celle de l’Europe, avec l’état américain ! Les Géorgiens n’aiment pas les noirs, ils ne sont bons que pour des basses besognes – Dije trouvera un boulot dans un abattoir !- Mais il trouvera des yeux qui le regarderont avec tendresse, ceux d’une prostituée ; il espérait d’autres bras tendus, ceux qu’on ne pouvait lui offrir au Nigéria. Qui est-il, qui peut bien savoir qu’il existe ? Seule cette femme qui se fait « mettre » dans les bas fonds de Tbilissi par des clients qui ne la payent pas, a de la compassion ( ?) pour lui. Ils sont tous les deux la lie de la société.

Le titre est-il plein d’espoir ? A travers ce film symbolique, la réalisatrice montre une ville qui s’enfonce dans le désespoir, la résignation. Elle va arriver avec talent à mélanger drame social et moments de pur poésie dans cet espace urbain absurde de désolations.

Le dernier plan du film sur la chanson de Dinah Washington “This Bitter Earth,” est une séquence qui longtemps nous trottera dans la tête. Voici un film influencé par le néo-réalisme italien qui nous fait découvrir une réalisatrice de grand talent !

A propos de l'auteur

Réalisateur, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.