Les restaurants Thaïlandais créent le buzz en employant des robots comme serveurs ou en catapultant des poulets frits. Tout va bien.

Ils sont fous ces Thaïlandais. Chez Ka Tron, un restaurant de la banlieue de Bangkok connu pour ses poulets frits, c’est tous les jours un show culinaire. Les poulets, plus ou moins imbibés d’huile, sont chargés dans une catapulte pour s’envoler avec grâce dans la salle. Et ce n’est pas fini. Les serveurs, perchés sur des monocycles, et équipés de différents pics dont un en pleine bouche, rattrapent ensuite les volailles acrobatiques. Si les ratages sont inévitables, le propriétaire se targue d’un impressionnant taux de réussite. « On fait ça depuis 26 ans et on a probablement catapulté des centaines de milliers de poulets, sans en faire tomber plus de quelques centaines« , raconte Nattaset Rattanapipob à l’AFP.

Des robots serveurs

Dans le restaurant japonais Hajime, l’ambiance est plus robotique. Depuis plus d’un an déjà, de vrais robots servent les commandes des clients et débarrassent leurs repas. Lapassarad Thanaphant, le propriétaire des lieux, a depensé la modique somme de 927 000 dollars pour s’offrir les services de 4 robots serveurs déguisés en samouraï. Comme dans un sushi bar du futur, les clients commandent leurs menus sur des tablettes tactiles. Derrière les vitres qui les séparent des convives, les robots, qui se déplacent sur une piste, un plateau entre leurs bras mécaniques, apportent les commandes qu’ils glissent par une ouverture.

Selon l’établissement, pas de risque que les robots se mettent à jeter des sushis sur les clients, scène de violence insoutenable qu’on préfère ne pas souhaiter. «Aux premières heures du matin, si le robot est bloqué, nous avons des équipes en soutien qui sont prêtes», note à l’AFP la directrice du marketing du restaurant, Pimol Paitaku. «Mais la plupart du temps, ça marche bien, ils servent le dîner et fournissent un service de qualité.» Et si ce service semble froid et distant, pas de problème, les robots font aussi l’animation avec des danses endiablés sur la douce musique de Lady Gaga ou sur le «Gangnam style». De quoi électriser les foules.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.