Un document incroyable, expliquant qu’en 1850, il était possible pour les riches familles de payer pour éviter à leurs fils de faire leur service militaire en envoyant à leur place de pauvres citoyens, a été découvert chez un collectionneur français. Cette affiche est la preuve que le gouvernement de l’époque cautionnait entièrement un système des plus inégalitaire.

Document exclusif Roads Magazine©

La nouvelle fait tâche dans une France qui, aujourd’hui encore, essaye d’effacer certains aspects peu glorieux de son histoire. À l’époque, il était donc possible d’être « libéré » de service militaire si l’on avait un père en mesure de débourser 50 000 francs. Par l’intermédiaire de notaires locaux, les riches familles payaient une société qui se chargeait de faire remplacer les fils de notables par des enfants issus de familles plus modeste. Comble de l’horreur, l’annonce comportait fièrement le nom de la maison qui fournissait la chair à canon. Le texte garantissait explicitement aux « pères de famille qui désirent faire REMPLACER ou ASSURER avec sécurité leurs fils contre les chances du tirage au sort et être certains qu’ils seront REMPLACÉS IMMÉDIATEMENT. Le service présentait bien sûr « suretés et guaranties désirables sous tous les rapports. »

En 1850, la France était dirigée par le premier président de la République de l’histoire de ce pays, Napoléon III. Pour un soldat de ce temps, faire le service militaire signifiait bien souvent devoir partir à la guerre. Preuve en est, un an seulement auparavant, en 1849, 14 000 hommes étaient envoyés à Rome par le gouvernement français pour combattre le mouvement républicain italien sous le commandement de Garibaldi. Cette expédition se solda par la mort de 500 combattants français… Pas vraiment de quoi donner envie aux nouvelles recrues de s’engager sous les couleurs du drapeau tricolore.

Cette image permet de réaliser à quel point les inégalités sociales étaient fortes dans un système pourtant présenté comme « pseudo républicain. »

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.