Un film de Kim Seong-Hun avec Lee Sun-gyun et Jo Jin-woong. Sortie le 7 janvier 2015.

435085

Le pitch

En route pour assister aux funérailles de sa mère, et tandis qu’il est visé par une enquête pour corruption, le commissaire KO Gun-su renverse accidentellement un homme. Pour se couvrir, il décide de cacher le corps dans le cercueil de sa mère. Lorsque l’affaire est découverte, on nomme son partenaire pour mener l’enquête. Et quand l’unique témoin de l’accident l’appelle pour le faire chanter, Gun-su comprend qu’il n’est pas au bout de ses peines…

L’avis

Action, humour, humour noir, suspens, tension, tout est imprévisible dans ce second film de Kim Seong-Hun. Grâce à une mise en scène énergique, des acteurs qui jouent à fond, le réalisateur ne laisse aucun répit aux spectateurs. On croit comprendre ce qui se passe à l’écran, mais non tout repart comme au début. Dès qu’un problème est supposé être réglé, un autre surgit. Le film pourrait n’être qu’une tragédie, mais grâce à un humour ravageur et l’inventivité du scénario, on se marre. Kim Seong-hun égratigne joyeusement la police coréenne, le centre du film. Ko Gun-su, flic de son état, dont le métier est de punir les crimes, n’a de cesse de maquiller le sien.  Et de quelle manière ! Curieusement il ne nous est pas antipathique même si tout ce qu’il fait est immoral, ce qui est une gageure. Il faut dire que le choix de Lee Sun-gyun y est pour beaucoup. La photographie de Kim Tae-sung et la musique de Mok Young-Jin, avec citation de jazz suite de Chostakovitch, sont des plus non négligeables à la qualité du film. « Hard Day » est un film dans la veine de « After Hours » de Scorcese ou « Into the Night » de Landis, mais il y a de l’influence des frères Cohen. C’est un film qui avance sans hésiter, alors il ne faut pas hésiter pour aller le voir.

A propos de l'auteur

Réalisateur, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.