Un film de Matthew Vaughn avec Colin Firth, Samuel L. Jackson, Mark Strong, Taron Egerton et Michael Caine. Sortie le 18 février 2015.

kingsman-secret-service-2

Le pitch

KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costumes trois pièces, est à la recherche de sang neuf. Pour recruter leur nouvel agent secret, elle doit faire subir un entrainement de haut vol à de jeunes privilégiés aspirant au job rêvé. L’un d’eux semble être le candidat « imparfaitement idéal » : un jeune homme impertinent de la banlieue londonienne nommé Eggsy. Ces super-espions parviendront-ils à contrer la terrible menace que fait peser sur le monde l’esprit torturé du criminel Richmond Valentine, génie de la technologie ?

L’avis

Adapté d’une bande dessinée de Dave Gibbons et Mark Millar, Kingsman est une sorte de film à la James Bond où l’humour, rien que l’humour serait le thème principal. Matthews est habitué aux films d’action puisqu’on lui doit Kick Ass et un Xmen. Colin Firth plutôt habitué à des rôles plus intellos que physiques ici se déchaîne. C’est son premier véritable film d’action et sa métamorphose est totale. Il aurait fait la plupart des scènes de combat du film, et il y en a de nombreuses dont deux savoureusement drôles. Rien n’est sérieux dans ce film. Les comédiens par contre jouent très sérieusement leur rôle. Samuel L. Jackson fait un mégalo, méchant, inénarrable. On découvre dans son assistante sexy-tueuse, comme dans les James Bond, une française Sofia Boutella. Elle est magnifique mais ses jambes en acier sont dangereuses. Michael Caine et Mark Strong sont d’une justesse dans ces nouveaux chevaliers de la Table Ronde (Arthur et Merlin sont leur nom de code). Il y a de nombreuses allusions à la série des James Bond et on se demande comment la franchise va pouvoir résister avec toutes ces copies à venir après Kingsman ! Colin Firth aurait très bien plus jouer le héros car plus british que lui ça n’existe pas. Le scénario est malin, les dialogues sont savoureux et souvent crus, les scènes d’actions sont bien mise en scène, le cast est parfait, la musique de Jackman est efficace, il n’y a pas à chercher midi à quatorze heures dans ce film, tout est fait pour notre plaisir rien que pour notre plaisir. C’est « Kick Ass » qui rencontre « James Bond ».

A propos de l'auteur

Réalisateur, journaliste

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.