La French de Cédric Jimenez. Le film dans lequel Jean Dujardin et Gilles Lellouche ne sont plus vraiment potes. Dans les salles le 3 décembre prochain.

La French

Le pitch :

Marseille capitale mondiale de l’héroïne dans les années 70. « C’est la French Connection qui fait la loi ». Le film inspiré de faits réels revient sur la croisade du juge Pierre Michel contre l’organisation mafieuse. Le jeune magistrat est interprété par Jean Dujardin. Face à lui, Gaëtan Zampa, parrain intouchable, est joué par Gilles Lellouche. Le tout est dirigé par le réalisateur marseillais Cédric Jimenez qui s’était fait remarquer avec son long métrage audacieux « Aux Yeux de Tous ».

L’avis :

Bang bang! Cédric Jimenez a réussi son coup. Il plonge véritablement le spectateur dans les années 70. Les costumes, les décors, le matériel d’époque, tout y est. Même la bande originale colle parfaitement au film. Plus important, l’histoire passionne. La réalisation nerveuse, caméra à l’épaule, donne du rythme et procure un aspect brut ultra efficace. Mais l’enjeu du film, c’est ce fameux duel entre Pierre Michel et Gaëtan Zampa. Les deux personnages sont vraiment surprenants. Surprenants car la tête brûlée, c’est le jeune juge avec ses méthodes pas très conventionnelles. Jean Dujardin est totalement convaincant. De son côté, Gilles Lellouche n’est pas tombé dans le piège du mafieux « too much ». Il incarne au contraire un homme assez censé, posé et réaliste. Il peut cependant vriller subitement quand il est affecté, et cette manière d’aborder le personnage le rend touchant malgré tout ce qu’il représente. Cédric Jimenez a d’ailleurs pu compter sur un casting solide avec également Céline Sallette, Mélanie Doutey, Guillaume Gouix ou encore Benoît Magimel. Pas d’accent marseillais forcé, les seconds rôles sont des natifs pure souche. Et c’est avec ce genre de détails qu’un film est encore plus crédible et percutant.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.