Un film de Alberto Rodríguez avec Javier Gutiérrez et Raúl Arévalo. Sortie le 15 juillet.

Laislaminima-3

On connaît le talent des espagnols pour le film d’épouvante (de Rec à L’orphelinat notamment), un peu moins pour ses polars. La Isla Minima vient suivre deux enquêteurs dans l’Andalousie post-franquiste des années 80, assignés au meurtre de deux sœurs retrouvées dans la baie. Si la promo du film choisit de le rapprocher du génial Memories of murder de Bong Joon-Ho, le film espagnol n’en a ni la maestria visuelle, ni l’humour si particulier des Coréens. À la limite, les deux films se rapprochent par leurs décors, vastes plaines rurales à la fois sèches et humides, mais La Isla minima préfère le ton de la chronique studieuse, rappelant De sang froid de Truman Capote (cité à deux reprises dans le film). On pense aussi à True Detective avec ces deux enquêteurs à l’amitié impossible, mais le dynamisme de l’enquête ne s’enrobe ici jamais d’une remise en question des croyances des inspecteurs affrontant un mal invisible, d’une introspection poussée par l’abîme auquel ils sont confrontés, forcés à reconsidérer les hommes dans leur nature profonde. C’est en jeu ici, notamment au travers de l’intrigue politique qui irrigue le récit par petites touches mais tout reste malheureusement trop sage. Se voulant mélancolique et languissant, comme écrasé par le soleil brûlant de l’Andalousie, La isla minima est une enquête somme toute basique aux trop rares moments d’audace. Si le vague arrière plan politique réjouira les critiques, les quelques scènes plutôt bien shootées et les petites pointes fantastiques sont loin d’adoucir nos exigences. Si nous étions un peu dur avec le récent Tale of Tales de Matteo Garrone, ce dernier délivrait un vrai point de vue sur sa matière tandis que le métrage d’Alberto Rodríguez reste fade et sans personnalité.

A propos de l'auteur

Une réponse

Laisser une réponse à [Cinéma] La Isla Minima | SEUL CONTRE TOUS Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.