Un film de King Hu avec Hsu Feng, Shih Chun, Sylvia Chang. Sortie le 9 mai 2018.

L’Histoire

He Yun-Tsing est missionné par le monastère Haiying pour recopier un canon bouddhiste qui permettrait de libérer les âmes des défunts. Pour mener à bien cette tâche, les moines lui suggèrent de se retirer dans un endroit isolé au cœur de la montagne. Yun-Tsing est alors accueilli à bras ouverts par les quelques habitants de la contrée. Mais le mystérieux canon bouddhiste devient rapidement la cible de toutes les convoitises…

L’Avis

Coïncidence ou volonté de Carlotta, mais la ressortie de ce chef d’œuvre de King Hu après celles de « Dragon Inn », de « A Touch of Zen » (voir les commentaires sur Roads de ces films importants) correspond à la proposition que fait le Musée Jacques Chirac (Quai Branly) d’une exposition magnifique « Enfer et Fantôme d’Asie ». C’est une plongée dans le monde des esprits, de l’épouvante et des créatures fantastiques. L’exposition s’empare des histoires de fantômes en Asie. À travers l’art religieux, le théâtre, le cinéma, la création contemporaine ou le manga, c’est un parcours aux frontières du réel. Bien sûr King Hu est présent avec des extraits du film. Pendant 192 minutes il raconte au milieu d’une nature colorée, de décors étonnants et avec des scènes « fantastiques » une histoire étrange.  « La Légende de la Montagne » nous entraîne dans un monde où des créatures (Hsu Feng est sublime de beauté !) sont ensorcelantes et se combattent à coup d’enchantements et de tambours magiques. Petit à petit le naïf héros comprendra qu’il est dans un univers où les âmes errent et qu’il est aux lisières du tangible.

Le film est la parfaite illustration de cette exceptionnelle exposition où le cinéma est très présent, une sorte de fil rouge. On y voit des extraits de films de morts vivants terrifiants thaïlandais, de fantômes japonais (extraits entre autres d’ « Onibaba » de Kaneto Shindō, « Kwaïdan » de Masaki Kobayashi, « Histoire de fantôme » de  Nobuo Nakagawa …) et bien sûr « La Légende de la Montagne » de King Hu y a une place importante!

Donc deux rendez-vous à prendre : l’un avec l’exposition du Quai Branly et l’autre avec ce film. Là tout n’est que rencontre avec la beauté plastique, des lieux surnaturels, des univers féériques, un monde de pure fiction…ou pas !

A propos de l'auteur

Réalisateur, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.