Un film d’Antonioni avec Moniva Vitti, Alain Delon et Francisco Rabal. Nouvelle sortie le 15 avril 2015. Prix Spécial du Jury à Cannes 1962.

eclipse-ph12

Le pitch

Pour éviter les ennuis d’argent et avoir une vie plus large, Vittoria, fille d’employés de condition modeste, a vécu pendant trois ans avec Riccardo, jeune attaché d’ambassade. Mais cette vie sans amour lasse la jeune femme, et malgré les supplications de Ricardo, elle rompt avec lui. Elle rencontre alors à la Bourse, où sa mère joue pour occuper ses loisirs, un jeune agent de change avec qui elle essaie de réapprendre à aimer. Mais le jeune homme va la décevoir et Vittoria va bientôt retrouver le goût amer de la solitude.

L’avis

L’éclipse(1962) forme avec L’avventura (1960) et La notte (1961) un triptyque où Antonioni explore l’itinéraire sentimental du couple. S’il est vrai qu’on parle souvent de l’incommunicabilité des êtres chez Antonioni (ici par exemple, le couple s’embrasse au travers d’une vitre), L’éclipse semble aussi être le récit d’une société italienne en mutation, laissant ses habitants errer sans but dans des architectures très éloignées de l’Italie carte postale. Ces architectures servent au réalisateur à créer des cadres extrêmement travaillés dans lesquels évoluent ses personnages et les caractériser grâce à eux. Au sein de ce pays qui se modernise, Antonioni place la sublime Monica Vitti, perdue au milieu des immeubles d’habitations impersonnels et des chantiers en construction, suivant son errance introspective entre plaines désertiques et pavillons tranquilles complètement vides. Architectures et personnages travaillent ainsi de concert à créer l’ambiance de L’éclipse, un film impossible à cerner, étrange et froid qu’on conseille de voir au moins pour ses dix dernières minutes, séquence extatique où les personnages disparaissent et où les lieux prennent le dessus avant d’être eux même absorbés par le ciel et la lumière du soleil qui s’éteint. Un moment d’entre deux terrifiant et fascinant qui justifie à lui seul la découverte de ce film qui ressort en version restaurée en Blu-Ray et DVD. Vous pouvez aussi, comme moi, rattraper votre retard sur l’œuvre d’Antonioni avec l’exposition à la Cinémathèque qui lui est consacrée jusqu’au 19 juillet et la rétrospective jusqu’au 31 mai.


L’éclipse (1962) Bande annonce par jloup95

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.