La révolution numérique a déjà permis à de nombreux systèmes alternatifs de voir le jour. Le crowdfunding, les réseaux sociaux, l’information indépendante et citoyenne, ne sont que des symptômes épars de la transformation actuelle. Le M6R serait-il le symptôme de notre crise politique ?

salle-manege

Depuis que le Front National réussit effectivement à s’immiscer dans les différentes strates du politique, nous autres médias focalisons sur cette avancée. Certains y voient un danger pour la République d’autres une transformation de la polarisation Droite-Gauche et les partisans de l’intéressé une révolution. Certes le FN constitue aujourd’hui la troisième force politique nationale, son avancée est indéniable et nous ne pouvons pas nous passer d’une étude et d’un intérêt pour ce mouvement. Mais, nous ne pouvons éluder les autres alternatives politiques, et plus particulièrement les mouvements de Gauche qui tentent, eux aussi, de contrer un bipolarisme soixantenaire.

Pour contrebalancer cette tendance je souhaite parler d’un mouvement jeune, par sa naissance en septembre 2014, comme pour son fonctionnement numérique. Cette nouvelle force politique c’est le M6R, Mouvement pour la 6ème République, lancé par Jean-Luc Mélenchon et quelques cinquante personnalités françaises. Après le remaniement gouvernemental en août dernier et son changement de cap vers une politique de l’offre, ce groupe annonce la création d’un mouvement national pour une refondation de la République et l’élection d’une assemblée constituante. Orienté à gauche, il tente pourtant de fuir les ancrages partisans en faveur d’une certaine souveraineté populaire. La base est simple : une pétition – elle compte déjà plus de 85 000 signatures – un site internet, plateforme de débat et de médiation entre ses participants, et des rencontres locales en vue de se mettre en mouvement.

Le centre névralgique de cette tendance repose sur internet et veut renouer avec une vision populaire du politique. Il a récemment élu son assemblée représentative à laquelle participèrent près de 10 000 signataires. Certains furent tirés au sort, d’autres choisis par les instigateurs du projet – une première source de conflit interne – et la majorité a été élue, par vote électronique. Au total, 188 représentants se réuniront avant l’été pour formuler un horizon concret à ce mouvement qui prend, depuis deux mois, une certaine ampleur. Nous sommes loin des millions de votants du FN et du plus grand nombre d’abstentionnistes dégoutés de la politique mais, près de 100 000 signataires, ça commence à chiffrer et ça mérite qu’on en parle.

Un fonctionnement alternatif

Contrairement à des mouvements traditionnels, le M6R mise sur la connectivité et les réseaux sociaux pour promouvoir ses idées, aider les citoyens à partager et à se rencontrer. La plateforme « Nous le Peuple » donne voix aux interrogations et aux envies des citoyens français, quels que soient leur lieu de résidence, leur âge ou leurs idéaux. Au menu de ce mur citoyen, beaucoup de critiques du Gouvernement, du libéralisme et du patronat; rien de moins étonnant pour un mouvement très à gauche. Outre ces ferventes critiques, dont on ne jugera aucunement la pertinence, on retrouve aussi beaucoup de propositions de réunions, des conférences organisées, de l’organisation collective et des sujets d’actualité. Chacun peut participer à ce forum des idées, derrière un avatar ou formellement identifié. Qu’on adhère ou non à l’idée d’une Sixième République, quel que soit notre engagement politique on ne peut qu’admirer la foisonnance numérique de cette agora dont la nouveauté explique cependant un certain fouillis.

Les messages citoyens ne sont pas encore classés, les thématiques non établies et les réponses restent rares. Le compte twitter n’a, pour l’instant, guère d’actualité à relayer car ce mouvement commence tout juste à s’organiser. Son utilité relève encore essentiellement d’une plateforme de com’ au mouvement. L’Assemblée représentative va devoir prendre les choses en main pour donner une certaine légitimité à un mouvement épars mais doté d’un grand potentiel. De même, on peut s’étonner de la faible qualité des vidéos de promotions et de relais du Mouvement. Une plateforme numérique se doit de maîtriser les outils de son environnement. Enfin, qui dit internet dit « troll », ces avatars qui tentent de saboter les discussions voir le Mouvement dans son ensemble et dont la plateforme semble subir les affres. Il n’est pas facile de contrôler un espace ouvert et démocratique, mais on espère pour le M6R qu’il parviendra, peu à peu, à réguler quelque peu son fonctionnement.

réunion collectif

Une transparence financière

A l’heure des scandales financiers au sein des partis traditionnels, le M6R joue la carte de la transparence. Il a récemment mis en ligne son relevé de comptes mettant en avant les dons de chacun, comme les dépenses, encore rares, du Mouvement. On ne peut que saluer cette démarche honnête qui rompt avec la vision corrompue des politiciens.

Cependant, ne nous enflammons pas, leurs dépenses se limitent pour le moment à des frais informatiques et à de l’impression de tracts ; les sommes restent gérables pour le quidam et il n’y a pas grand-chose qui puisse offusquer. Sur près de 15 000€ de dons depuis mars, seuls quelques 2 000€ ont été dépensés. Si la même somme est vouée à financer la réunion de l’Assemblée représentative, on se demande comment seront utilisés les fonds à l’avenir. Quelle utilisation nationale sera faite dans la mesure où il s’agit pour l’instant d’un appel en ligne ? Si le mouvement veut devenir une véritable force d’opposition, il ne pourra pas se limiter à une pétition et c’est à l’Assemblée représentative de décider aux transformations nécessaires. Nous verrons si la transparence perdurera et espérons que cet argent financera les groupes locaux qui apparaissent partout en France.

Du virtuel aux réunions locales

Le mouvement tente, avant tout, de décentraliser la politique et de réinjecter de la citoyenneté au niveau local. C’est ainsi que, à l’initiative des signataires eux-mêmes, et en partant des réseaux sociaux, de petits collectifs naissent un peu partout en France. Encore embryonnaires, certains parviennent pourtant déjà à s’organiser et à promouvoir le Mouvement, à leur échelle. C’est par exemple le cas à Lyon où le groupe compte déjà près de 80 personnes et prépare sa septième réunion.

A Paris aussi de petits collectifs de quartier émergent du M6R pour reprendre localement le Mouvement de la Toile. Je suis allé participer à l’une de ces des réunions du Mouvement Paris XXème. Dans la salle au premier étage du Vieux Saumur à Belleville, j’ai retrouvé un petit groupe de gens attablés dans un coin, stylos en main. Une dizaine de personnes seulement étaient présentes en ce mercredi soir, mais la dernière fois ils étaient plutôt quarante me dira-t-on. Le groupe était déjà représentatif de la diversité : tous âges, membres du Parti de Gauche, non affiliés, mais tous engagés pour la 6ème République. Cela suffisait pour donner une certaine émulsion. Une élue de l’Assemblée représentative était présente. Du haut de sa vingtaine, elle semblait très engagée et pressée de rencontrer les autres élus. Nous passâmes près de trois heures à discuter de l’utilité du groupe, de son mode d’action et de l’élaboration d’une charte. Ce qui semblait réunir ces individus était avant tout l’envie de changement et le besoin d’agir directement. Ils ne croyaient plus dans les institutions politiques et les politiciens les dégoûtaient.

Si les plus jeunes semblent parfaitement comprendre l’organisation en mouvement, certains ne comprennent pas vraiment la différence avec l’organisation de parti et l’indépendance vis-à-vis de la Gauche traditionnelle. Quoi qu’il en soit, chacun apporte sa pierre à l’édifice, le mot d’ordre : agir pour changer les choses ; l’idéal : une nouvelle constitution. La machine est lancée et c’est par le bas, directement dans le quartier, que leur (r)évolution politique verra le jour, toujours en suivant la tendance plus globale du Mouvement.

Si on ne peut pas encore définir ce Mouvement comme force d’opposition, un bel engouement est né de cet appel ; la simplicité de son idéal en fait un socle parfait pour rassembler. Son indépendance vis-à-vis du système est louable, reste à voir si la base numérique soutiendra cette construction politique. En attendant parlons-en, simplement pour contrebalancer l’attraction médiatique du Front National.


**********************

Le site du mouvement : https://www.m6r.fr/

19 Réponses

  1. SAKA

    « La plateforme « Nous le Peuple » donne voix aux interrogations et aux envies des citoyens français, quels que soient leur lieu de résidence, leur âge ou leurs idéaux. »

    « un mouvement très à gauche »

    Cherchez l’erreur… En effet, le M6R prétend être ouvert à tout le monde, mais en réalité il s’agit d’un « mouvement » dont l’association a comme président Matthias Tavel et comme trésorier Antoine Leaument, deux membres du PG proches de Mélenchon…

    Et le comité technique est dominé par le PG – et en contact avec Mélenchon bien sûr.

    Dommage que le M6R n’est pas ce qu’il prétend être…

    Répondre
    • Guillaume

      Bonjour, au risque de passer pour un contradicteur « frontal », je dois signaler que si de nombreuses _idées_ de gauche font l’objet de discussions sur cette plateforme, on y trouve des sensibilités politiques allant d’un extrême à l’autre en passant par toutes les nuances intermédiaires.
      Que vaudrait un mouvement constitutionaliste, donc visant à proposer un projet de société pour tous les citoyens, qui exclurait de ses débats ceux en désaccord avec la majorité ?
      Je vous encourage à participer aux débats pour vous faire votre propre opinion : jusqu’ici, je n’ai été témoin d’aucune intervention discretionnaire ou autoritaire de la part d’un membre du comité technique. Curieusement, tout le monde semble jouer le jeu… C’est suffisamment inédit pour s’y intéresser.

      Répondre
      • SAKA

        Ayant eu mon compte sur « Nous le peuple » (NLP) supprimé par le comité technique, je ne partage pas votre point de vue (et je ne suis pas le seul), cf. les commentaires sur l’article Politis paru récemment ( http://www.politis.fr/L-assemblee-du-M6R-est,30784.html )

        D’ailleurs, quand le comité technique supprime le compte de quelqu’un sur NLP, il ne retire pas la signature (pour l’appel du M6R) de la personne concernée – parce qu’ils tiennent beaucoup à engranger les signatures quand même… Donc après avoir eu son compte sur NLP supprimé, il faut soi-même écrire un courriel au comité technique pour avoir sa signature retirée…

        Ajoutez à cela que c’est possible pour une personne de signer plusieurs fois (il y a même des gens qui ouvertement ont reconnu l’avoir fait et s’en gargarise), et de faire signer un autre en l’inscrivant sur NLP, et on comprend le peu de sérieux que mérite le M6R dans l’état actuel des choses.

      • Kiwi aux Rêves de Chocolat

        Guillaume = Guillaume Robin de l’équipe/comité technique?

      • Guillaume

        Je ne connais pas Guillaume Robin, et je suis surpris de lire ces réactions. S’il va de soi qu’une plateforme telle que le M6R, en étant au départ propulsée par un groupe politique, doit passer l’épreuve d’un légitime soupçon de collusion, mon expérience de participant aux débats en ligne m’a mis si souvent face à des contradicteurs acharnés du point Godwin et des trolls hermétique à toute démarche argumentaire que je n’ai pas « classé » leur éviction dans la catégorie « malveillance des admins ».
        Par ailleurs, bien que la prudence élementaire conseille d’être circonspect quant aux intentions des organisations qui mettent en oeuvre des services web gratuits (suivant l’adage, quand on ne paie rien pour un service, c’est que le paiement, c’est nous), j’ai constaté qu’un nombre impressionnant de personnes manifestement confuses pensaient trouver sur un tel site un défouloir façon Facebook et ont quitté les débats aussitôt qu’ils rencontraient une quelconque résistance argumentaire.
        Je ne jetterai donc pas le bébé avec l’eau du bain, d’autant que j’ai commencé à rencontrer des signataires en live et que cela s’annonce plutôt constructif, à défaut d’être médiatiquement visible.

      • Kiwi aux Rêves de Chocolat

        Merci pour le lien vers l’article Politis, j’y ai trouvé un commentaire très pertinent qui résume bien la situation du M6R, je me permets de le copier-coller:

         » « 30 cooptés », ou le retour aux parlements fantoches des monarchies d’avant la révolution de 1789, et ça se prétend oeuvrer à une constitution plus démocratique ? Ah la bonne blague !

        Intéressant aussi d’apprendre que ce Boris Bilia est « chargé de la coordination et de la synthèse des idées » au sein du « mouvement » (qui pour l’heure n’est qu’une pétition + forum). Personne n’a voté pour cela. Personne n’en a jamais rien su, c’est un scoop.

        A noter que cette équipe technique agit de façon très autocratique et autoritaire sur la plateforme Nous le peuple :

        – elle a imposé l’idée de cette assemblée très coûteuse, cette mimique des affres de la 5ème République en pire, sans demander l’avis d’aucun signataire (d’autres mouvements, ailleurs, agissent en réseau de groupes locaux, ce qui est bien plus horizontal, démocratique, et à coût quasi nul)

        – elle supprime les profils de personnes qui demandent de la transparence (simplement savoir qui compose cette équipe technique, c’est déjà un crime de lèse-majesté) et respectent la charte, alors qu’elle ne fait rien contre certains membres qui jouent les chiens de garde au service du PG-PCF, enfreignent allègrement la dite charte, notamment en utilisant plusieurs profils ouvertement, pour mener plus violemment des chasses au sorcières maccarthystes, faire régner une ambiance de terreur envers ceux qui osent se poser quelques questions sur les dérives de plus en plus autoritaires de tout ceci, ou même simplement envers ceux soupçonnés de se poser des questions. « Vous êtes la chienne de Buchenwald » est l’une des insultes courantes de ce tribunal maccarthyste, ce tribunal de l’Inquisition. Pour ceux qui voudraient jeter un coup d’oeil à la plateforme Nous le peuple (Nous les encartés serait un nom plus adéquat), les pseudos des inquisiteurs sont GERODON, CENTURION (qui ouvertement use d’un second compte dénommé CLEO), JEANNE SEGUIN, PIERRE 30, SERGE VICTOR, ANTIFA.

        Bref, ce M6R est aux antipodes de ce qu’il prétend être. Une belle arnaque pour donner un vernis « peuple » à Mélenchon en 2017. Malheureusement, comme toujours, cela est contre-productif, et il y a fort à parier que les scores de Mélenchon en 2017 seront catastrophiques, mais bien sûr ils ne comprendront toujours pas ce qui cloche et en rajouteront encore une couche, histoire de faire fuir encore un peu plus de monde… »

  2. Kiwi aux Rêves de Chocolat

    J’ai pour ma part régulièrement relevé des abus de pouvoir de la part de l’équipe technique, qui notamment s’est montrée très partiale et a supprimé très arbitrairement des comptes, tout en ne supprimant pas ceux d’individus (encartés) qui pourtant violaient ouvertement la charte (revendication de l’usage de deux comptes de la part d’un individu sous pseudo CENTURION et CLEO, etc), mais servaient bien de chiens de garde à la dite équipe technique, composée quasi exclusivement soit dit en passant de membres du PG…

    Equipe technique qui prétend pratiquer la transparence mais refuse de simplement dire qui la compose… Bravo la transparence…!

    Des campagnes menées par le PG contre certains usagers de la plateforme, et surtout certaines idées (comme le tirage au sort de la constituante), furent tellement agressives que maintenant la plateforme est désertée: que l’on compare la richesse des débats, propositions et idées du début (en décembre) et l’état actuel des choses, quasi désertique…

    La tactique semble claire: donner un alibi « peuple » à Mélenchon en 2017, on est donc très très loin du mouvement citoyen auto-organisé que cela prétend être…

    Pour toutes ces raisons j’ai cessé de participer au M6R, comme tant d’autres.

    Répondre
  3. Henry Cornil

    Un Mac Plus pour illustrer notre avenir politique par l’engagement numérique ? Combien de temps encore notre avenir politique va-t-il regarder en arrière ?

    Répondre
  4. Dowpa

    Bonjour,
    Petit rectificatif : nous ne sommes pas encore 80 dans le groupe « Nous le Peuple Lyon » mais pour le moment une grosse soixantaine (inscrits à notre groupe facebook) dont une vingtaine de membres actifs.
    Vous confondez sans doute avec le groupe facebook du M6R Rhône-Alpes qui compte près de 90 membres mais qui n’est rien de plus qu’une plateforme virtuelle.
    Il n’en est pas moins vrai que la région Rhône-Alpes est dans une bonne dynamique puisqu’une des élues de l’assemblée représentative du m6R a crée un groupe sur Valence, qu’il existe des groupes sur Grenoble et Saint-Etienne, qu’un groupe vient de se monter à Roanne et qu’un autre va bientôt voir le jour à Villeurbanne. Mieux encore, des liens de plus en plus étroits se tissent entre les différents groupes et nous projetons deux événements régionaux : un pour juillet 2015 et un pour janvier 2016.
    Merci d’avoir parlé de nous dans votre billet,
    cordialement,

    Répondre
    • SAKA

      « Merci d’avoir parlé de nous dans votre billet »
      Il fait partie du M6R, donc…

      Répondre
  5. Clarkelliot

    Messieurs dames,

    J’apprécie grandement votre intérêt pour mon article que j’ai voulu à la fois promoteur (pour le concept et l’engouement certain que suscite ce mouvement) mais aussi critique (pour son état embryonnaire, épars et chaotique). Le mouvement est très certainement né à l’extrême Gauche mais semble brasser bien plus large et, depuis l’élection de l’AR, n’est plus dirigée par les membres d’un parti spécifique. Toute appropriation par un Parti est maintenant improbable.
    Pour ce qui est de la suppression des comptes, je pense qu’elle relève d’innombrables abus propres à ces forums en ligne, ce qui n’a rien à voir avec la signature pour le mouvement qui ne fait aucune allusion à la plateforme en ligne.
    Enfin, non je ne suis pas membre mais j’ai signé avec grand intérêt pour cet élan populaire et je compte bien en suivre les avancées, et, vous constaterez avec une relative facilité que mon propos n’en est pas biaisé pour autant.
    Et merci à Dowpa pour les précisions sur les mouvements régionaux, relative faiblesse à mon article!
    Cordialement,

    Elliot Clarke.

    Répondre
    • SAKA

      En quoi cette assemblée est représentative ? Comme d’habitude « Luljaze » embellie les choses…

      Répondre
      • Kiwi aux Rêves de Chocolat

        Luljaze, d’ailleurs, qui, outre être une apparatchik du PG, membre de la clique PG qui compose ce CT autocratique qui verrouille de la sorte toute possibilité d’émergence pour un vrai mouvement citoyen indépendant, autonome, donc la dite Luljaze tient ce blog sur mediapart, parle au nom du M6R, alors que personne ne l’a mandatée pour cela, qu’elle n’en a donc aucune légitimité. Je viens de jeter un coup d’oeil sur le site: des gens demandent à ce que ce blog devienne un blog M6R, dont les articles seraient le résultat d’une élaboration collective, mais évidemment, c’est le silence radio de la part de la dite Luljaze et de ses camarades de l’oligarchie PGiste du CT.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.