Un film de Christoph Hochhäusler avec Florian David Fitz et Lilith Stangenberg. Sortie le 18 novembre 2015.

LICHTJAHRE Regie: Christoph Hochhäusler Kamera: Reinhold Vorschneider Prod.: Bettina Brokemper/Heimatfilm GmbH&Co.KG

L’histoire

Fabian est journaliste d’investigation dans un grand journal berlinois. Jeune, beau et arrogant il voit d’un mauvais œil arriver Nadja, la stagiaire que lui impose sa direction et à laquelle il confie une enquête à priori anodine. C’est pourtant là que débute un jeu dangereux dans lequel certains puissants ont décidé que Fabian aurait son rôle.

L’avis

Un film sur une enquête journalistique il y en a pléthore. Christoph Hochhäusler met d’ailleurs dans son film – de manière ironique – une des plus célèbres scènes de journalisme d’investigation celle de Bas les Masques avec Humphrey Bogart qui répond à un puissant sénateur qui veut l’empêcher de publier son baroud d’honneur à scandale : « That’s the press, baby !  Dans Les Amitiés Invisibles on est dans une sorte de docu fiction, où comment aujourd’hui les lobbies ont une puissance de nuisances qui est imparable. Fini les happy end des années 50-60, la mondialisation, l’ennemi invisible, invincible, font  que Goliath gagne face à David !  L’art de la manipulation est arrivé à une efficience terrifiante.

Christoph Hochhäusler sans nous ennuyer, avec une efficacité doublée d’une légèreté dans la mise en scène arrive à nous passionner avec cette histoire de manipulation de lobbyistes pour décrédibiliser l’enquête que mènent deux journalistes autour d’un scandale sanitaire. Il fait partie de ces jeunes cinéastes berlinois qui ont du talent à revendre. Le casting est à la hauteur du film. Florian David Fitz, acteur très connu outre-rhin, avec sa belle gueule, sa désinvolture, et surtout sa modernité dans son jeu, apporte énormément à la crédibilité de Fabian Groys, ce journaliste accroc au jeu et manipulé sans s’en douter. A ses côtés, mais paradoxalement totalement à l’opposé, Lilith Stangenberg la stagiaire efficace fait que ce couple est parfaitement crédible scénaristiquement.  Grâce à un montage et des hors champs originaux, une mise en scène fluide, une lumière naturelle et un casting efficace, on quitte la projection impressionné par le talent de  Christoph Hochhäusler et secoué par cette histoire qui doit souvent se passer dans les instances de notre Parlement Européen chéri ! Il faudra qu’un jour il baisse son masque !

A propos de l'auteur

Réalisateur, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.