Un film de Alex Ross Perry avec Jason Schwartzman, Elisabeth Moss et Jonathan Pryce. Mention spéciale du jury à Locarno. Sortie le 21 janvier 2015.

Listen-Up-Philip-Photo3-JasonSchwartzman-JosephineDeLaBaume

Le pitch

À la sortie de son deuxième roman, Philip est nerveux. D’autant plus que New York l’oppresse et que la relation avec sa petite amie Ashley se détériore. Quand Ike Zimmerman, son idole, l’invite dans sa maison de vacances, Philip trouve enfin la sérénité et parvient à se concentrer sur son sujet préféré : lui-même.

L’avis

Alex Ross Perry est un jeune réalisateur qui fait partie du mouvement  « Mumblecore » (marmonner en anglais) qui se caractérise par des productions fauchées et dont les thèmes tournent autour des relations entre jeunes de 20 à 30 ans. Les dialogues sont souvent bavards et improvisés. Jason Schwartzman est un acteur qui fait partie du «  clan Coppola ». Il est le fils du producteur Jack Schwartzman. C’est un habitué des films de Wes Anderson (Rushmore, A bord du Darjeeling Limited, Moonrise Kingdom ; Il est Mr Jean de The Grand Budapest Hotel). Face à lui on retrouve l’actrice connue pour sa performance dans Madmen, Elisabeth Moss. Jason Schwartzman est parfait dans ce rôle d’écrivain cynique, égocentrique, paranoïaque.

En connaissance de cause qu’est ce qui va nous obliger à rester deux  heures avec ce personnage qui va nous horripiler tant il est insupportable, mais aussi nous attendrir tant il est à côté de la plaque dans ses relations avec les autres et surtout avec ses petites amies ? Il est tellement borderline qu’on ne s’ennuie pas un instant à l’écouter parler de lui. Le récit est mené par la voix off d’un narrateur sous une forme très littéraire. Tout le talent est bien sûr dans la manière dont Schartzman interprète le personnage mais aussi dans la façon de filmer Perry. Et puis il y a les personnages féminins, tout en douceur qui viennent faire le contrepoids de cet emmerdeur capricieux. Sur ce film plane l’ombre de John Cassavetes. Jonathan Price qui interprète Zimmerman, un écrivain misanthrope qui ressemble à s’y méprendre à Philip Roth – le héros des romans de Roth se nomme Zuckerman et Perry appelle l’écrivain Zimmerman, un petit clin d’œil ? – est excellent dans ce rôle d’écrivain dans lequel aime à se reconnaître Jason (Jason double face ?). Avec ce film séduisant on est dans la veine de ceux de Allen-Casavetes en plus sarcastique, en plus sombre, plus cynique, est-ce les temps qui veulent ça ?

A propos de l'auteur

Réalisateur, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.