Un film de James Mangold avec Hugh Jackman, Patrick Stewart et Boyd Holbrook. Sortie le 1 mars 2017.

Le pitch

Dans un futur proche, un certain Logan, épuisé de fatigue, s’occupe d’un Professeur X souffrant, dans un lieu gardé secret à la frontière Mexicaine. Mais les tentatives de Logan pour se retrancher du monde et rompre avec son passé vont s’épuiser lorsqu’une jeune mutante traquée par de sombres individus va se retrouver soudainement face à lui.

L’avis

C’est le film qu’on attendait.  Et oui, malgré ses griffes Wolverine n’avait pas dans ses habitudes de couper des bras, des têtes, n’entrait pas dans les corps à en faire jaillir le sang. Ici, c’est un festival d’hémoglobine et c’est pour notre plus grand bonheur.

La petite niña n’est pas en reste. « Logan », c’est aussi un western sentimental, désabusé, crépusculaire. Mangold qui a travaillé au scénario offre tout le long du film de bonnes idées. Il y a des séquences mémorables.

On retrouve l’influence évidente de Mad Max avec le traitement de la couleur en monochromie, la mise en scène de la horde des méchants (Boyd Holbrook est excellent)… Beltrami offre une musique qui passe du minimalisme avec juste un piano à des séquences orchestrales du meilleur effet  – le grand Beltrami de « 3h10 pour Yuma » du même réalisateur -. Par dessus tout, il y a Hugh Jackman qui fait ses adieux (avec panache) à ce rôle qui l’a rendu plus que célèbre. Il y a une très belle idée de scénario face aux comics de Xmen qui jouent un rôle important dans le film. Oui, dans la vraie vie « on meurt » dit Logan. Mais si les héros meurent aussi (Patrick Stewart est exceptionnel), Hugh Jackman sera éternel au cinéma. Il sera pour toujours Wolverine, le grand méchant loup.

A propos de l'auteur

Réalisateur, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.