Photographe multi-casquettes, Ludovic Zuili revient sur son parcours et ses ambitions.

hjhghfgh

Adoubé par la critique et les amateurs d’innovation télévisuelle pour « Tokyo Reverse », une expérience urbaine interactive de 9h10 co-réalisée avec Simon Bouisson (pour lequel le jeune photographe a marché tout ce temps à reculons, afin d’obtenir cet effet inversé d’un personnage qui avance dans une ville qui recule !) diffusé cette année sur France 4, Ludovic Zuili, 28 ans, a déjà un sacré CV artistique. Celui qui s’est inspiré d’Ai Wei Wei pour humaniser ses photos en y incluant sa main œuvre dans une logique polyvalente, parvient à mener de front une cadence élevée de travail via son blog Araw ! et ses réalisations originales dans le cadre du binôme de production SANDL, en plus des shootings pour la marque BWGH. Ses journées sont rythmées au gré de ses humeurs. Interview d’un artiste dont on a pas finit d’entendre parler.

Comment as-tu débuté dans la photographie ?

Je suis arrivé dans la photographie par le cinéma et grâce à Simon, mon meilleur ami et co-réal. Adolescent, je souhaitais déjà faire des films, et c’est ensemble qu’on a tenté l’expérience avant de commencer nos études. Simon faisait beaucoup de photo argentique, il m’a initié. Depuis, j’ai toujours fait des photos en me disant que ça m’ aiderait à développer mon regard. Même si je suis entré par la voie du cinéma, filmer et photographier sont deux métiers très liés : mes expériences dans ces domaines finissent toujours par se répondre.

Tu tiens Araw! depuis 104 semaines, quel avenir donne tu à ce projet photo en ligne ?

Araw! c’est mon bébé grâce à qui j’ai repris l’argentique. Le concept ? Une pellicule par semaine. Ça m’oblige à tenir le rythme tout en restant restreint par le nombre de prises : pas  le droit à l’erreur avec l’argentique, il faut se concentrer sur les détails. Je souhaite aussi faire une expo pour fêter les deux ans du site, comme je l’avais fait pour le premier anniversaire. Je continuerai à l’alimenter, peut-être un peu moins si d’autres activités m’en empêchent, mais j’ai vraiment besoin de ce moyen d’expression.

Quelles sont les différences entre la photographie et la vidéo ?

Quand je réalise, j’adore pouvoir confier l’image à quelqu’un et me concentrer sur la direction d’acteur ou simplement le sens que j’aimerai donner aux plans, autant que lorsque je bosse en chef opérateur (directeur de photographie), c’est plus agréable de ne pas avoir à gérer les comédiens. La partie très technique me plaît beaucoup également mais la photo a quelque chose de plus simple, plus direct, dont j’ai aussi besoin. C’est une ambivalence que je ne prévois pas à l’avance.

Envisages-tu de continuer dans  le «  Slow TV »?

Tokyo Reverse est vraiment une expérience à part dans notre parcours avec Simon Bouisson. On a fait ça en deux mois entre le GO prod et la diffusion. Les retombées nous ont vraiment surpris ! Je n’arrêterai jamais la vidéo que cela soit de la fiction, le documentaire, ou des choses plus commerciales, en solo comme au sein de SÅNDL  (Simon and Ludo). Pour ce qui est de la Slow TV, nous nous étions mis d’accord dès de départ pour ne pas nous spécialiser dans cette forme plutôt télévisuelle. Si l’opportunité se présente d’expérimenter quelque chose qui serait encore plus fou, il est évident que l’on acceptera, mais ce n’est pas une orientation à laquelle nous songeons quotidiennement.

Quels sont tes projets à venir ?  

Je développe, avec trois autres auteurs (Kamel Guemra, Morade Aissaoui et Sledge Bidouga), un long métrage de fiction pour une boîte de production française. Avec SÄNDL, On vient de finir le tournage du pilote d’un programme court pour la chaîne Arte . Il s’agit d’un concept autour des produits de consommation de tous les jours et des trajets surprenants et parfois assez absurdes qu’ils vivent.

Je travaille aussi avec un collectif de quatre réalisateurs, qu’on a baptisé «  Les Cardinaux » (Akihiro Hata, Ambarish Manepalli, Simon Bouisson et Ludovic Zuili) . Nous avons produit une première session de films de fiction au thème commun et une sorte de deuxième session est en construction dans le même esprit. Et pour la photo, je continue Araw! que je développe beaucoup sur différents plans en ce moment via Frenzy, qui me représente !

photo-2

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.