Rick Rubin a bossé avec Jay-Z et Kanye West sur leurs derniers albums respectifs. L’occasion de revenir sur la carrière de ce producteur flegmatique.

Guru-guru

Rick Rubin, ce Hobbo

Rick Rubin ressemble à un clodo. Pourtant c’est l’un des producteurs les plus important de ces vingt dernières années. Certains le voit d’ailleurs comme un gourou, un chamane qui guide ses artistes. A son palmarès ? Des groupes DMC, les Beastie Boys, Black Sabbath, Johnny Cash, Jay-Z ou encore les Red Hot Chilli Peppers.

Dans sa carrière, Rick Rubin a un peu près touché à tout. Du Heavy Metal au Rap, en passant par le Blues et la Pop mainstream. Frederik Jay Rubin de son vrai nom, est née à New York en 1963. Au lycée, il commence à faire de la musique avec son groupe de Punk, les Pricks. La formation changera de nom peu de temps après, et s’appellera Def Jam. A cet époque, Rick Rubin a déjà un certain flair. Fan de punk, il s’interesse à un nouveau style musical en pleine émergence à New York : le Rap.

Pour lui, les deux sont étroitement liés. D’ailleurs, il se reconnait autant dans la culture Punk que dans celle du Hip Hop.

Rick Rubin et RunDMC

Rick Rubin et RunDMC

En 1984, Rick Rubin fonde le label Def Jam avec son pote Russell Simmons. A eux deux, ils produisent « I Need a Beat » de LL Cool J. L’EP « Rock Hard » des Beastie Boys et bossent les premiers albums de Run D.M.C. C’est là, qu’il a eu l’idée de faire collaborer le groupe de rap américain avec Aerosmith sur une reprise d’un des premiers tubes du groupe « Walk This Way ». Cette fusion improbable rencontre un franc succès et relance la carrière de Steven Tyler.

En 1988, Simmons et Rubin se disputent. Rubin perd le label et taille la route en Californie. Il créé alors son propre major, spécialisé dans le rock: Def American Records (qui deviendra American Recoding). La reconnaissance de ses pairs se fera en 1993, lorsqu’il réalise ‘Wandering Spirit’ pour Mick Jagger puis ‘Ballbreaker’ en 1995 pour AC/DC. Entre temps, il rencontre les Red Hot Chili Peppers avec lesquels il travaillera sur tous les albums. En 2003, il s’occupe du « Black Album » de Jay-z, c’est ce monsieur qui est derrière la chanson « 99 Problems ».

Aujourd’hui, Rick Rubin est co-directeur de Columbia. Il mange que des legumes et soulève de la fonte tous les jours. Dernièrement, il a travaillé sur le dernier Black Sabbath, « 13 ». Côté rap, il prend en main Kanye West sur « Yeezus » et collabore avec Jay-Z sur « Magna Carta Holy Grail », son douzième album solo prévu pour le 4 juillet.

A propos de l'auteur

Co-fondateur de Roads Magazine / Responsable de la rubrique Culture (sur twitter : @BonhommeVincent) / Web Designer (plus d'info sur : vincentbonhomme.github.io/resume/)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.