D’Alexander Mackendrick avec Mandy Miller, Jack Hawkins, Phyllis Calvert, Terence Morgan et Godfrey Tearle. Prix spécial du jury au Festival de Venise 1952. Sortie le 5 avril en salle et en DVD.

L’histoire

Mandy, sourde à sa naissance, est tiraillée entre ses parents qui ne sont pas d’accord sur l’éducation à lui donner. Sa mère l’inscrit dans une institution spécialisée où un professeur la convainc que, grâce à ses méthodes, Mandy pourra peu à peu apprendre à parler. Jaloux du professeur, le père retire l’enfant de l’institution…

L’avis

Alexander Mackendrick n’a pas fait beaucoup de films mais certains sont célèbres et même devenu culte comme « Le Grand Chantage» (l’élection de Trump le met sous les projecteurs) ; il a réalisé dans tous les genres, comédie avec  « Tueurs de Dames », aventure avec « Cyclone à la Jamaïque », ou de guerre comme « Les Canons de Navarone ». Ici c’est un drame magnifiquement interprété par une jeune enfant qui n’était pas sourde mais qui par son jeu nous le fait penser. Ce film qui n’aurait pu n’être qu’un film larmoyant, une banale histoire de couple qui se déchire autour de la garde d’un enfant handicapé, un film sur l’adultère ( ?), par l’intelligence du scénario, la mise en scène implacable, par la photo clair-obscur, les cadres, Alexandre Mackendrick a réussi le tour de force de réaliser un vrai « film noir », avec du suspens.

Jack Hawkins le célèbre d’acteur de « Land of Pharaon », « Ben Hur », « Le Pont de la Rivière Kwai » joue le rôle de l’éducateur dans la maison spécialisée pour les enfants atteints de surdité avec comme toujours une présence impressionnante ! Son destin fut tragique car il devint muet à cause d’un cancer du larynx.  Pris par le déroulement de l’action, on est happé par cette histoire dont la fin est extra-ordinaire !  Le sourd n’est pas celui que l’on pense.

A propos de l'auteur

Réalisateur, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.