Guitariste virtuose et leader du groupe « Ten Years After », Alvin Lee est décédé hier à l’âge de 68 ans. C’était l’un des monuments du blues-rock.

alvin_lee_by_hoodishart-d57v1cq

Il avait fait rêver les « babos » à Woodstock avec son jeu de guitare implacable, Alvin Lee, musicien prodige, est mort hier des suites d’une opération chirurgicale « de routine » en Espagne, pays où il vivait. Le britannique avait été le leader du groupe mythique « Ten Years After ».

L’homme à la Gibson rouge

Surnommé l’homme à la Gibson rouge, Alvin Lee avait eu du mal à se faire une place parmi les surdoués de l’époque (Clapton, Beck,…).  Natif de Nottingam, il commence la guitare à 13 ans. En 1960, il fonde les Jaybirds. Le noyau de ce qui deviendra plus tard les « Ten Years After ». Lors de son apparition au festival de Woodstock d’août 1969, la performance de virtuose est immortalisée par le film documentaire consacré au festival, Woodstock. Il y balance des classiques de blues rock en quatrième vitesse et offre une prestance scénique incroyable. C’est d’ailleurs le titre « I’m Going Home » qui le poussera vers le sommet.


Woodstock – Ten Years After – Going Home par Zeck

Peu de temps après, la formation se produira dans des arènes et dans des stades du monde entier. Alvin Lee regrettera ensuite l’intimité des plus petites salles, l’impact du film a sans conteste porté sa musique vers un large public international. Cependant, c’est surtout avec les états-unis qu’il liera une relation privilégiée : « Ten Years After » va réaliser 28 tournées aux États-Unis en sept ans. Plus que n’importe quel groupe britannique.

Le groupe s’éclipsera définitivement au milieu des années 1970. Il se reformera sporadiquement en 1983 pour une tournée britannique, puis en 1988 pour un nouvel album, About Time, et une longue tournée essentiellement axée vers la nostalgie et la reprise des vieux succès de la fin des années 1960.

Pendant ses quelque 50 ans de carrière, Lee  a collaboré avec les plus grands. On pense notamment à un certain George Harrison des Beatles, ou encores Ron Wood, des Rolling Stones.

A propos de l'auteur

Co-fondateur de Roads Magazine / Responsable de la rubrique Culture (sur twitter : @BonhommeVincent) / Web Designer (plus d'info sur : vincentbonhomme.github.io/resume/)

Une réponse

  1. xav

    putain c’est terrible en ce moment .Apres lemmy et bowie maintenant c’est le tour d’alvin lee.Leurs musique restera toujours.Vive le rock.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.