Un film de Johnnie To avec Chow Yun-fat, Sylvia Chang, Eason Chan. Sortie le 9 août 2017.

 

L’Histoire

Hong-Kong, 2008. Le jeune idéaliste Lee Xiang et la surdouée Kat Ho font leurs débuts chez Jones & Sunn, une multinationale sur le point d’entrer en bourse. Alors que la banque Lehman Brothers fait faillite aux États-Unis, la tension commence à se faire sentir au sein de l’entreprise. Lee Xiang et Kat Ho vont petit à petit découvrir le monde extravagant et outrancier de la finance…

L’Avis

La crise bancaire de 2008 a inspiré de nombreux cinéastes ; il y a eu quelques pépites cinématographiques comme « Margin Call », « Wall Street n°2 », « The Big Short » ou même « L’Outsider » de Christophe Barratier, on peut ajouter « Office » de  Johnnie To ! Il s’était déjà inspiré de la crise avec « La Vie Sans Principe » en 2011. Johnnie To c’est « The Mission », « Breaking News », « Election » ; c’est « All About Ah-Long » son premier film avec Chow Yun-Fat, l’acteur fétiche de John Woo et pour lequel il a eu le grand prix d’interprétation au Festival de Hong Kong ! Ici on est loin des polars habituels de ce réalisateur hors pair, on est dans une sorte de comédie sombre et ironique du pouvoir sous la forme d’une comédie musicale ! C’est l’adaptation d’une pièce écrite par Sylvia Chang qui joue le rôle de la directrice générale de la société Jones & Sunn et la maîtresse du patron alias Chow Yun-Fat ! Outre ce scénario subtil, critique acerbe du capitalisme, du système boursier, la mise en scène de Johnny To  est d’une précision diabolique ; on est de plus fasciné par les décors stylisés de l’entreprise, des appartements, de l’hôpital, avec cette horloge qui prend tout l’espace tout le temps rappelant que le temps c’est de l’argent, hommage aux « Temps Modernes » de Charlie Chaplin… Le maître du polar se transforme en une sorte de Berthold Brecht où les employés soudain chantent leurs mécontentements, critiquent les pratiques frauduleuses de la finance, les magouilles, les compromissions, les lâchetés, où, dans un métro stylisé rempli de jeunes cols blancs avides de richesse et de pouvoir, les amoureux chantent leurs manques de fidélité en amour; toute cette comédie du pouvoir se termine dans une valse, superbe moment cinématographique, avec les cadres qui valsent et se retrouvent au chômage ; avec  les jeunes arrivistes qui prennent les rênes de l’entreprise et qui valsent joyeux de leurs sorts, sous le regard bienveillant, manipulateur et terriblement pervers du big boss Chow Yun-fat. Voilà un film d’une originalité folle, à tous les étages de chez Jones & Sunn, qui donne le vertige, sur un sujet toujours d’actualité: la crise économique mondiale ! Youpi we’re gonna to fuck the world …en chantant !

A propos de l'auteur

Réalisateur, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.