Un bébé âgé de trois semaines a été retrouvé dans une fourrière. Alors que sa maman était partie quelques instants, des pervenches zélées et des employés du dépôt n’ont pas hésité à retirer la voiture avec le bébé dedans. 

kate-and-leopold-2001-31-g

À Paris, c’est bien connu: la flicaille de la préfecture de police, c’est de la racaille. Toujours à la recherche de la voiture à verbaliser, ces hommes et ses femmes en bleu marine ont fait le choix d’être détesté par une grande partie des usagers parisiens. Sans aucun scrupule, ils alignent les contraventions comme Charles Bukowski alignait les bouteilles. Et puis, il n’est souvent point possible de négocier avec eux. Tels des robots sans âmes, des automates de la médiocrité, ils préfèrent ignorer les cris et les pleurs des pauvres propriétaires de voitures verbalisées. Sur eux, l’émotion n’a aucune prise: seul le résultat compte.

Alors, vendredi dernier dans le XVIe arrondissement de Paris, un véhicule mal garé avenue Foch a été embarqué par la fourrière. L’ennui, c’est qu’à l’arrière de la voiture, il y avait un bébé.

Ce jour là, plusieurs mamans venues déposer leurs enfants à l’école ont également été victimes du zèle de la fourrière. D’ailleurs, ces dernières n’hésitent pas à dénoncer « embuscade de la fourrière qui enlève des voitures qui ne gênent pas ».

« La racaille bleue »

Non contents de déjà survivre en ponctionnant les (presque) honnêtes citoyens, la racaille au service de l’état préfère pointer du doigt le caractère « irresponsable » des parents laissant leurs enfants seuls dans une voiture sans surveillance. Seulement, on ne badine pas avec les mots, et si, comme le disait Eric Zemmour  « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes », la plupart des flics qui verbalisent sont quant à eux des « salopard », car quoi qu’ils en disent, on ne devient pas flic par hasard…

Heureusement, le XVIe, c’est comme une tribu: tout le monde est solidaire: « J’ai vu la maman paniquée qui ressortait de l’école et cherchait sa voiture et son bébé » explique une autre mère. Celle-ci n’a pas hésité à amener la maman, choquée, à la fourrière : « Elle a récupéré son bébé parmi toutes les voitures. On pleurait toutes les deux ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.