Le réalisateur James Cameron fait l’objet d’une plainte pour s’être inspiré d’un artiste anglais dans son film Avatar. Un gros pactole est en jeu.

C’est une nouvelle qui est passée presque inaperçue en France, cachée au milieu des comptes de Sarkozy, Delphine Batho qui rentre en métro et la finale de Wimbledon pour Bartoli. Le réalisateur américain James Cameron est poursuivi en justice pour la quatrième fois pour son fameux film Avatar. Il est accusé de s’être trop largement inspiré des peintures et dessins de Roger Dean, un anglais connu pour ses pochettes d’album futuristes et ses oeuvres qui mettent en image la science-fiction. L’artiste, qui a notamment illustré les pochettes d’album de groupes de rock progressif comme Yes ou Asia, réclame plus de 50 millions de dollars de dommages et intérêts.

Il faut dire qu’il n’a pas complètement tort. Depuis les années 1970, le dessinateur a créé tout un univers de mondes parallèles et autres planètes futuristes d’un kitch assumé, qui rappellent la fameuse planète Pandora de James Cameron. Prenons par exemple ce dessin d’îles flottantes dans le ciel, qui a illustré la couverture du livre « The Flights of Icarus » publié pour la première fois en 1977 :

flights

Drôle de ressemblance avec les énormes rochers volants qui ont tant fait rêver les foules dans le film Avatar :

cailloux volants Avatar

Les Ikrans, ces reptiles volants que l’on voit sur cette photo ci-dessus, rappellent quant à eux les dragons dessinés à maintes reprises par Roger Dean :

DEANMorningdragon

Dans sa plainte, Roger Dean reproche au cinéaste d’avoir « étudié et analysé son travail en vue du film. » Selon lui, « les similitudes de chaque oeuvre sont conséquentes, continues et directes, de telle manière qu’une copie accidentelle ou des similitudes des scènes dues aux codes du genre sont à exclure ». En plus de l’argent, l’artiste réclame une injonction contre les suites d’Avatar qui pourraient inclure des ressemblances avec ses dessins.

Il faut dire que l’enjeu monétaire est de taille. Depuis le premier Opus en 2009, le film a obtenu 22 récompenses dont 3 Oscars, et a récolté lors de la sortie plus de 2,8 milliards de dollars de recettes, ce qui fait de lui le long métrage le plus rentable de tous les temps au box-office. Le réalisateur Canadien a déjà gagné deux procès contre deux personnes qui l’accusaient de leur avoir volé des morceaux de scénarios. Un autre procès est en cours, intenté par Bryant Moore, auteur de science-fiction, qui estime que le film est inspiré de deux de ses propres scénarios. Encore. Rien de cela n’empêche pourtant les producteurs de refaire marcher la franchise. James Cameron est déjà en train de préparer deux suites pour Avatar, dont la sortie est prévue en 2015. Alors à vos lunettes 3D.

 

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.