Un film de John Carney avec Ferdia Walsh-Peelo, Lucy Boynton et Jack Reynor. Sortie le 26 octobre 2016

tumblr_static_5pmkp6ctiyw4w080oc0s4kgwk

L’Histoire

Dublin, années 80, Conor, un lycéen dont les parents sont au bord du divorce, est obligé à contrecœur de rejoindre les bancs de l’école publique dont les règles d’éducation diffèrent de celles de l’école privée qu’il avait l’habitude de fréquenter.

Afin de s’échapper de cet univers violent, il n’a qu’un objectif : impressionner la plus jolie fille du quartier, la mystérieuse Raphina. Il décide alors de monter un groupe et de se lancer dans la musique, univers dans lequel il ne connait rien ni personne, à part les vinyles de sa chambre d’adolescent. Afin de la conquérir,  il lui propose de jouer dans son futur clip.

L’avis

Déjà avec son précédent film « New York Melody » il entraînait le public dans une virée musicale dans New York. Ici c’est avec le monde de l’adolescence  – dans une petite ville – avec des jeunes qui montent leur groupe influencés par les groupes à la mode (Cure, Duran Duran, The Clash, The Jam, Ah Ah …). La pop, le rock, le hard rock, la new wave passent en boucle sur les lecteurs K7, vibrent dans les écouteurs des walkmans et le rendez-vous hebdomadaire devant  « Top of the Pops » est incontournable.

C’est un film totalement irrésistible avec une énergie communicative : de la musique, de la musique et que de la musique. Bien sûr on a la chanson du film, comme le précédent, chantée par le leader de Maroon Five, Adam Levine. Les acteurs sont tous exceptionnels, – Lucy Boynton  éclatante – la mise en scène tonique, on est sous le charme de ces jeunes, un troisième film aussi « en-chanteur » que les précédents. Le réalisateur donne aussi à voir une Irlande figée où le divorce n’est pas autorisé et où les jeunes rêvent de fuir vers l’Angleterre. Malgré la mode du vintage, ce n’était quand même le bon vieux temps. C’est un film à voir et revoir qui donne la pêche !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.