Encore quelques jours pour découvrir le travail photographique de ce réalisateur dont une rétrospective de ses films est proposée au Centre Pompidou jusqu’au 5 mars et que son dernier film « Peace to Us in Our Dreams » est à l’affiche. Passage de Retz (9 rue Charlot 75003) – Centre Pompidou (jusqu’au 5 mars)

 the-house

Sharunas Bartas est né en 1964 est a réalisé huit films qui ont été salué dans de nombreux festivals internationaux. C’est à Moscou à la fameuse école de cinéma VGIK qu’il a fait ses classes. Lorsque l’on regarde ses œuvres exposées dans ce lieu magnifique, rue Charlot en plein Marais, on est frappé par son sens du cadre, de la lumière, de la limpidité des sujets qu’il donne à regarder. Photos de repérage pour ses films, l’exposition mène à Kaliningrad, enclave Russe entre la Pologne et la Lituanie sur la mer Baltique, puis dans la vallée des Saïan en Sibérie où il photographie les Tofolars, une tribu de chasseurs-cueilleurs nomades, puis viennent des paysages de Crimée et de Lituanie avec une vie rurale dispersée. A la lisière de Vilnius ce sont des photographies d’un manoir hanté, un décor à remonter le temps. La dernière série est réalisée dans le désert sud-marocain. Voilà une belle initiative de cette galerie qui montre des photographies ethnographique et poétiques à la fois. Les photos peuvent être admirée dans un beau livre éditée chez Filigranes Editions.

Parallèlement, dans ce lieu magique, une très belle exposition de Caroline Coppey « De la Couleur avant Tout » y est proposée. Elle montre sur de grandes toiles, les résultats de ses expériences avec divers matériaux. Par un savant goute à goutte la peinture, en une symphonie de couleurs, vient se poser aux hasards des actions de la peintre. « Que la couleur soit » disait Sérusier, un des maîtres de Nabis, ici Caroline Coppey a pris cette proposition au premier degré pour le bonheur de nos sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.