Un film de  Sean Baker avec Kiki Rodriguez, Mya Taylor et James Ransone. Sortie le 30 décembre 2015.

490372

L’histoire

24 heures dans la vie d’une drôle de Cendrillon qui traverse la cité des anges à la recherche de sa rivale.

L’avis

L’argument est mince mais le film tient, de part la réalisation efficace et de la photo superbe de Raduim Cheung ; Tangerine prouve qu’on peut aujourd’hui faire des films avec une équipe et des moyens extrêmement réduits – marque de fabrique du réalisateur et de son producteur – si on a quelque chose à dire sorti des nièmes adaptations des comics de Marvel. Mais ce film c’est aussi le talent des « actrices » et l’énergie qu’elles déploient ! Ce sont de vrais transexuelles et non des actrices qui font semblant de. Des films avec des queers il y en a pléthore aujourd’hui mais avec Kiki Rodriguez et Mya Taylor on est à un autre niveau. Tangerine est entre le docu et la fiction et ça marche très fort et très vite. Le pimp que recherche Kiki est interprété magistralement par James Ransone. On connaît cet acteur grâce à ses rôles dans les séries Generation Kill, The Wire, et Treme.

Sean Baker a tourné avec des iphones trafiqués par la Sté Moondog Labs  ce qui donne une image étonnante; cette prouesse technique lui a permis d’être très discret et de filmer pratiquement comme en caméra cachée. Il a choisi un quartier de Los Angeles connu pour ses activités illégales comme la prostitution et le trafic de drogue. C’est là qu’il a connu ces transsexuelles et a écrit avec elles le scénario, d’où cette histoire de proxénète qui couche avec une femme biologique et dont sa protégée transsexuelle recherche pour lui faire la peau !

La musique est au service du film –  ce que fait Baker avec l’ouverture de Coriolan de Beethoven est très intéressant – Vu le budget, la production n’a pas fait composer de la musique originale ; grâce à soundcloud, Sean Baker, qui monte ses films, a trouvé les morceaux qu’il désirait ; un cd, compilation de certaines musiques, est sorti chez Milan Records. Un bon complément pour ce souvenir de Tangerine.

Sean Baker ne porte aucun jugement sur ces créatures, il nous offre un film réaliste, drôle, émouvant et surtout divertissant ; c’est tout ce qu’on demande et que l’on aime quand on va au cinéma. La force est vraiment présente sur ce boulevard où l’on ne rêve plus !

A propos de l'auteur

Réalisateur, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.