« Le Jardin, » un tableau peint par le célèbre peintre impressionniste Matisse et évalué à un million de dollars (760 000 euros), a été retrouvé lundi en Angleterre, plus de 25 ans après avoir été dérobé dans un musée de Stockholm. Un petit pas pour l’Homme, un grand pas pour l’art…

1813831_3_7f7b_christopher-marinello-tient-le-jardin-de_e939a91916826b22b103f67319ab7dc6

Peinte en 1920 par le mondialement célèbre Henri Matisse, cette huile sur toile est réapparu dans le radar du monde de l’art quand Charles Roberts, un marchand d’art londonien, a lancé des recherches informatiques au sujet de cet oeuvre qui avait disparu depuis le 11 mai 1987. Grâce à la magie d’internet et du monde moderne, un logiciel nommé Art Loss Register (ARL), a permis à l’expert d’identifier rapidement le tableau, sans aucune difficulté. Aussi incroyable que cela puisse paraître, les voleurs avaient plusieurs fois tenté de négocier le rachat de la toile par le musée d’Art moderne de Stockholm, mais la direction de ce dernier n’a jamais cédé à ce chantage. Après une dernière proposition vaine, le tableau avait totalement disparu de la circulation, jusqu’à aujourd’hui.

Une oeuvre trop connue pour être vendue

« Le Jardin » a été placé en sécurité dans un coffre, où il attend désormais d’être rendu au musée suédois.

M. Roberts, le marchand d’art,  a expliqué à la presse qu’un client polonais, qui possédait vraisemblablement l’oeuvre depuis les années 1990, lui avait demandé de vendre « Le Jardin » en son nom afin de pouvoir  » léguer un peu d’argent à ses descendants.  « Je ne pensais pas découvrir que c’était un tableau volé », a déclaré avec stupéfaction le marchand d’art à l’AFP.

« Cela aurait été une bonne affaire, mais, malheureusement, la question ne se pose pas. Dès que j’ai été informé du statut du tableau, il n’était plus question d’en faire autre chose que de le rendre. » Le client polonais l’avait acheté « de bonne foi« , selon Charles Roberts. Quand il a été informé que le tableau était invendable, l’homme « en a été abasourdi, mais il s’est exclamé « il est donc vraiment authentique ? »

Oui, ce tableau est authentique, mais comment est-il arrivé en Pologne? Mystère

À l’époque du cambriolage, le directeur du musée de Stockholm avait déjà déclaré que l’oeuvre était trop célèbre pour être mise sur le marché, ce qui c’est avéré vrai. C’est également la raison pour laquelle elle avait disparu aussi longtemps. Christopher A. Marinello, avocat spécialisé dans la récupération d’oeuvres répertoriées dans l’ALR, a conclu : « Les oeuvres volées n’ont pas vraiment de valeur sur le marché de l’art, et finissent toujours par être retrouvées… C’est simplement une question de temps. » Seulement, vingt-cinq ans pour retrouver un tableau, cela commence à faire long.

À titre informatif, chaque année, de nombreux tableaux et d’oeuvres d’arts sont dérobés dans des musées ou chez des particuliers. Mais aujourd’hui, les avancées technologiques sont telles qu’il est désormais très difficile pour les malfaiteurs de revendre ces oeuvres tant le monde de l’art est connecté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.