Un film de Petr Vaclav avec Klaudia Dudova, David Istok et Milan Cifra. En salle depuis le 6 mai 2015.

248944

Le pitch

Zaneta lutte sans cesse et jamais ne s’essouffle. Elle est Rom. Mère d’une fillette en bas âge. En quête de travail et de dignité, elle lutte pour intégrer une société tchèque qui lui est hostile. Son quotidien se transforme en tempête quand, menacé par les usuriers illégaux et les huissiers en col blanc, son compagnon David fait le pari de l’illégalité. Elle tente tout pour l’en détourner et trouver une solution à leur infortune. Elle devra batailler pour s’en sortir.

L’avis

Ce film est impressionnant par le travail documentaire que le réalisateur a dû mener pour l’écrire et le réaliser et pour trouver des acteurs non professionnels aussi crédibles. Cette histoire nous tient en haleine grâce à l’énergie que met Klaudia Dudova, cette Zaneta, qui refuse d’être enfermée dans ce monde marginalisé par la société tchèque (et aussi par notre pays), mais également par les hommes et les traditions de ce monde des Gitans ou des Roms ou des Tziganes, ces citoyens de seconde zone. Déjà dans son premier film « Marian » Petr Vaclav racontait l’histoire d’un Rom qui grandissait dans des maisons de correction. Sous le régime communiste les Roms avaient du travail, peut être obligatoire, mais pouvaient accéder aux HLM ; avec la société néolibérale d’aujourd’hui, ils sont considérés comme les parias de la société et totalement ghettoïsés. On voit dans ce film comment les lobbies des créanciers liés aux législateurs corrompus conduisent les plus vulnérables, comme Zaneta et son mari, vers un surendettement. Drogue, prostitution sont monnaies courantes dans ces nouveaux ghettos. Le film présentent des scènes insoutenables avec des discours racistes qui nous rappellent ceux tenus par certains de nos politiques, discours où l’on sous entendait que les Roms étaient les seuls responsables de leur misère. Si en France on disperse les campements, on déscolarise les enfants, en Tchéquie on met les enfants dans des écoles pour retarder mentaux ! Zaneta est accablé par un quotidien dont elle ne peut sortir. Tout l’enfonce ; lorsqu’elle n’a pas un sous pour prendre le bus pour aller s’inscrire aux Assedic ou pour se présenter à un travail comment faire ? Ce film est révoltant par la problématique qu’il pose mais il est sans manichéisme ; Peter Vaclav aime les Roms, c’est sûr, mais sans aveuglement partisan. C’est un film terriblement efficace que je conseille à Monsieur Vals et à son gouvernement. (il a eu le soutient paradoxalement du CNC !). Il a obtenu de nombreuses récompenses aux Lions tchèques (les césars tchèques). Il mériterait un césar du meilleur film étranger à nos prochains César. Un film salutaire.

A propos de l'auteur

Réalisateur, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.